i-mariage.com portail sur le mariage    Vous êtes actuellement connectés sur i-mariage.com  
i-mariage.com, le site du mariage forum Mariage
i-mariage.com, pour bien préparer son mariage
Partagez votre bonheur

Formalités de mariage

Beauté

Faire-part de mariage

Dragées de mariage

Robe de mariée

Costume de mariage

Tenues de mariage

Vêtement enfant

Accessoires de mariage

Salle de mariage

Traiteur de mariage

Vins et champagnes

Décoration de mariage

Animation de mariage

Photo et vidéo

Voiture de mariage

Fiançailles

Alliances de mariage

Liste de mariage

Enterrement de vie ...

Nuit de noces

Voyage de noces

Wedding planner

 
 

Salon du mariage Paris

I-mariage sur Facebook


Les origines de la nuit de noces. nuit de noces,lune de miel,nuit,sexe,voyeurisme,couple,jeunes mariés,virginité,virilité,impuissance,exhibitionnisme,lit conjugal,bénédiction,fertilité,pot de chambre,rotie,sexualité,devoir conjugal,symboles

Les origines de la nuit de noces. Les origines de la nuit de noces. Les origines de la nuit de noces. LES ORIGINES DE LA NUIT DE NOCES.

Nuit de noces, nuit de découverte de l’être aimé, appréhendée et bercée de symboles… Madame se réservait à son mari, le seul homme de sa vie.

Pour recevoir des informations, offres spéciales internet,
catalogues, réductions, remplissez ce formulaire :

Date de mariage : / /

Sexe : H

  Email : 
Je souhaite bénéficier par e-mail des cadeaux, bons de réduction
 et offres promotionnelles de partenaires.
 oui   non
Pour consulter notre Charte de confidentialité &
l'utilisation de vos données personnelles
Au comble du voyeurisme Bien troublantes, les origines de la nuit de noces… En effet, jusqu’au XIX° siècle, cette nuit, importante pour le couple, faisait beaucoup parler d’elle. Sa consommation était espionnée, commentée, parfois même mise en scène dans le seul but de piéger les jeunes mariés et de participer, caché ou non au moment. Mademoiselle et sa virginité passionnaient toutes les autorités religieuses, nobiliaires et bourgeoises ; tout comme la virilité de monsieur. Les principes et tabous n’avaient pas lieu d’être… Cette nuit intéressait au bas mot l’assemblée, un village, voire une ville entière. Auparavant, au Moyen Age, l’Eglise demandait aux jeunes mariés de passer leur nuit de noces à prier sur eux, leur avenir et celui de leur progéniture. Sévère et pieuse était donc cette première nuit partagée des jeunes époux. Appelée Nuit de Tobie, en référence au [livre de Tobie] de la Bible et à cet enseignement : "Au moment de vous unir, levez-vous d’abord tous les deux pour prier". Parfois même, les autorités ecclésiastiques exigeaient trois nuits d’abstinence et de prière… Quel sacerdoce physique ! Une nuit appréhendée Autres souvenirs de l’époque : jusqu’au XII° siècle, l’impuissance du mari pouvait provoquer l’annulation du mariage tout comme le vaginisme ou la déformation des organes chez la femme. De vieilles légendes royales racontent que certaines reines ayant soi-disant, avant le mariage, perdu leur virginité, certains espions, envoyés par le peuple, se camouflaient derrière des tentures pour observer le " spectacle ". Après avoir écouté, observé, ils étaient en mesure de faire établir un certificat ou non attestant l’authenticité de l’honneur de la dame. On raconte notamment l’histoire du mariage entre Charles VIII et Anne de Bretagne, celle-ci, promise un temps à Maximilien d’Autriche. Reconnue [Virgo intacta] (vierge intacte), le soupçon sur sa virginité perdue fut alors contredit et rassura tout le royaume. Plus tard, encore, les femmes étaient aussi malmenées. Certains oncles ou messieurs un peu incestueux allaient même vérifier de l’œil et du doigt que ces dames avaient été parfaitement honorées. Les plus pudiques qui n’osaient toucher, ledit moment arrivé, étaient pris à parti et installés dans une pièce pendant que d’autres couples leur faisaient une démonstration imagée de leurs ébats. L’exhibitionnisme trouve forcément ses sources à cette époque. Pieux et symbolique instant Longtemps aussi, à la campagne essentiellement, les époux demandèrent la bénédiction du lit conjugal. L’Eglise y voyait là un geste saint qui apporterait fertilité au couple. Moment attendu, les couples ont assisté jusqu’au XIX° siècle à un cérémonial des plus déstabilisants et gênants. Dès que le curé quittait les lieux, la mariée était habillée et accompagnée de demoiselles qui l’aidaient à prendre place sous les draps. On lui amenait ensuite son mari. Tout ce petit monde s’appliquait à rester le plus longtemps possible près du lit, les gratifiant d’encouragements et de mots interminables. Ce moment pouvait durer de longues heures. Le cérémonial du pot de chambre L’autre phénomène qui retardait souvent les mariés dans leur accomplissement au devoir conjugal était la dégustation de la rôtie, rite grivois qui perdure aujourd’hui dans certains mariages de village. Ce breuvage était préparé par les célibataires de la fête, un peu jaloux d’une sexualité devenue complètement licite chez ce couple. Soupe au lait et au pain dans certaines régions, mélanges et mixtures insoutenables dans d’autres, la rôtie prenait des formes et des goûts différents. Elle était servie au choix dans un saladier ou un pot de chambre. L’homme était souvent contraint à boire tant qu’il était saoul en quelques minutes et qu’il tombait sans pouvoir se relever ni même honorer son devoir conjugal. © Reproduction totale ou partielle interdite sur quelque support que ce soit sans l'accord de l'auteur, i-mariage.com. Tous droits réservés.

   ®i-mariage.com | diamant | alliance de mariage

Conditions générales